Cluster Bio Auvergne-Rhône-Alpes

La région Auvergne-Rhône-Alpes est riche de productions végétales. Les surfaces bio et en conversion représentent désormais 9,5% de la Surface Agricole Utile (2019). La dynamique de conversion est toujours importante avec 48000 ha en conversion, ce qui positionne la région Auvergne-Rhône-Alpes au 3ème rang français.

 Les grandes cultures représentent 39000 ha en bio et en conversion en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le blé tendre est largement dominant suivi par l’orge, le maïs grain, le triticale et le soja. Les légumes secs  sont en forte progression, et leur part en bio est considérable (34.5% en 2019).  Les bénéfices des légumes secs vis-à-vis de la fertilté des sols cultivés en bio, et la recherche des consommateurs de protéines végétales dans leur alimentation expliquent cette augmentation.  A noter également de fortes progressions dans la production de blé dur, pois chiche et colza bio. 

 

Une filière très dynamique au niveau de la transformation

La transformation dans la filière grandes cultures reflète un grand dynamisme avec des opérateurs de collecte et stockage, de première transformation (11 meuniers, 3 malteries) et de seconde transformation : il s’agit d’une filière bien structurée.

Elle fait face à des problématiques d'approvisionnement évidents - forte demande de céréales locales et bio, volatilité des cours des matières premières ainsi qu'une forte dépendance des conditions climatiques annuelles.

Encore un fort développement à venir pour répondre à une demande toujours plus grande de matières premières régionales et françaises tant en alimentation humaine qu'animale.

Dans différentes activités : activité de boulangerie, activité de brasserie, activité d'huilerie bio, activité de 2ème transformation, activité alimentation animale, le bio est devenu incontournable.

Les cultures en développement

Les tendances de consommation sans-gluten, vegan… poussent les opérateurs à proposer de nouveaux produits en adéquation avec ces régimes alimentaires. Les légumineuses (pois chiche, lentilles…), riches en protéine, ont ainsi le vent en poupe tout comme les céréales à faible teneur en gluten (épeautre, avoine…).

La valorisation des conversions

En Grandes Cultures bio, il est possible de valoriser les productions dès la 2ème année (C2) de conversion, en alimentation animale dans certaines mesures.  On observe néanmoins une saturation des débouchés pour les productions en C2, qui doivent donc trouver des opérateurs pour les valoriser autrement. Des gammes de produits "Je soutiens mon agriculteurs en conversion" voient par exemple le jour.

Document à télécharger :

Fiche-Grande Culture Bio en AuRA - Se rapprocher de l'aval - 2020

 

Votre contact :

Bastien Boissonnier

Chargé de missions filières 

 

bboissonnier@cluster-bio.com