Cluster Bio Auvergne-Rhône-Alpes

28 février 2022

Commercialiser

Recul inédit de la croissance du bio, 2021 marque la première année avec une croissance négative en magasin bio (-6% d’après Biotopia ) par rapport à 2020. Toutefois, le marché reste en croissance à +8% entre 2021 et 2019.

Avons-nous atteint la maturité du marché bio ?

S’agit-il d’un ralentissement avant la relance ? Le contexte économique avec la hausse du prix de l’énergie, l’inflation pèse sur le budget des ménages et peut affecter les consommateurs bio occasionnels. Le marché est également fortement concurrencé par d’autres promesses : produit local, produit sans nitrite, allégé en sucre, sans résidus de pesticides etc. La crise du covid a également dynamisé le marché du e-commerce alimentaire déjà plébiscité par les plus jeunes et les familles. D’autres profils plus âgés ont découvert cette possibilité de consommer depuis son ordinateur, sa tablette ou son téléphone. Voici quelques chiffres à retenir sur l’année 2021 en magasin bio  (source : Faits marquant en 2021 par Biotopia, 2022).

  • + 8% de croissance sur 2 ans : l’année 2020 a été une année historique avec l’arrivée du Covid et des confinements sévères qui ont dopés la consommation à domicile aussi il est préférable de regarder les chiffres sur deux années et la croissance est toujours au RDV. Il est à noter que la bio a été habituée à des croissance à deux chiffres jusqu’à présent.
     
  • -3x le recul de la fréquence d’achat : le consommateur passe moins souvent à la caisse des magasin bio. En effet on dénombre en moyenne 28 passage en caisse en 2019 contre 25 en 2021. Est-ce la concurrence d’autres points de vente comme des magasins de producteurs ou des magasins vrac ou encore l’e-commerce qui est la raison de cette baisse ? En tout cas, on note que l’e-commerce spécialisé a été dopé par la crise covid avec +4 points de pénétration comparé à 2019.

 

  • +13€ de progression sur les paniers annuels sur le vrac : est-ce le développement de l’offre en vrac qui dynamise les paniers annuels sur le vrac ou le consommateur qui privilégie cette proposition ? 
    Délicat de le dire toutefois le développement de l’offre en vrac est réel avec les liquides en vrac, les produits de détergence, des thés et des épices en vrac et même des croquettes pour animaux de compagnie.

➜ Retrouvez le reportage sur le Biocoop Champollion.

 

 

Marithé Castaing Marithé Castaing

Chargée de développement


Partager cette page